Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Continuer Commander
Realme matériel médical
Diagnostic
Mobilier médical
Equipement & Matériel Biomédical

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant la navigation sans changer les paramètres du navigateur vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

close

Le stéthoscope

L’auscultation avant l’invention du stéthoscope

Depuis que l'humanité a commencé à étudier la physiologie humaine et les caractéristiques physiques associées à diverses affections, il est évident que le cœur joue un rôle crucial dans notre corps. Les sons qu’il produit, ainsi que ceux des organes environnants, tels que les poumons, peuvent être des indicateurs cruciaux lors de l'examen d'un patient. L'acte d'écouter ces sons, connu sous le nom d'auscultation, a été affiné en utilisant des outils encore plus puissants pour aider les médecins dans cet examen capital.
Au début des années 1800, et avant le développement du stéthoscope professionnel, les médecins effectuaient souvent des examens physiques en utilisant des techniques telles que la percussion et l'auscultation immédiate. Avec l'auscultation immédiate, les médecins plaçaient leur oreille directement sur le patient pour écouter les sons internes.
Cette technique souffrait de plusieurs inconvénients, le plus important étant qu'elle nécessitait un contact physique entre le médecin et le patient et un placement correct de l'oreille. De plus, les sons observés par le médecin n'étaient amplifiés d'aucune façon, ce qui créait la possibilité de manquer des sons clés pouvant indiquer une maladie potentielle. Enfin, l'acte d'auscultation immédiate pouvait être gênant pour le médecin et le patient. Pour résoudre les limites de l'auscultation immédiate, le médecin français René Laënnec (1781-1826) inventa le premier stéthoscope en 1816, à l'hôpital Necker-Enfants Malades à Paris.

Une liasse de papier en guise de premier stéthoscope

C’est en voyant deux enfants se tenant aux extrémités d’une même poutre qui, l’oreille posée sur la poutre, cherchaient à deviner le nombre de touches faites sur celle-ci, que René Laennec inventa le premier stéthoscope. Les enfants s’étonnèrent du son qui est amplifié en traversant le matériau. S’inspirant de ce mécanisme physique, il utilisa une liasse de papier roulée en tube pour faire parvenir le son provenant du thorax d’une patiente atteinte d’une maladie cardiaque.
Malgré les avis divergents sur la manière dont Laennec a créé son invention, les propriétés acoustiques du tube ont amélioré de manière significative sa capacité à écouter les sons cardiaques et pulmonaires vitaux. Le nom « stéthoscope » a également été inventé par Laennec qui associé les mots grecs : stethos (poitrine) et skopein (voir). Il a également appelé la méthode d’écoute « auscultation » provenant du mot auscultare (écouter).
Il était excité de découvrir que les sons du cœur étaient clairement audibles, et cette découverte a conduit plus tard au développement du premier dispositif spécifique à cet effet. Le premier stéthoscope consistait en un tube en bois monaural. Semblable à une prothèse auditive connue sous le nom de cornet acoustique, elle permettait au médecin de pratiquer plus facilement l'auscultation. Ce ne sera pas avant 1851 que le stéthoscope aura sa prochaine amélioration majeure, qui sera de rendre le dispositif bi-auriculaire.

Arrivée du stéthoscope bi-auriculaire

Inventé par le médecin irlandais Arthur Leared, il a été affiné en 1852 par George Cammann pour être commercialisé. Cammann a également écrit un important traité sur le diagnostic par auscultation que le stéthoscope bi-auriculaire aura rendu possible. Initialement, on craignait que le stéthoscope bi-auriculaire puisse créer des déséquilibres auditifs qui pourraient être problématiques lors des examens, mais au début des années 1900, ces préoccupations se sont largement apaisées et le stéthoscope bi-auriculaire devint un instrument diagnostique couramment utilisé. Ce modèle ayant eu peu d’améliorations a été utilisé pendant plus de 100 ans.

Innovations du stéthoscope Littmann

Le Dr David Littmann était un cardiologue de renom et un professeur de médecine à la Harvard Medical School, réputé pour ses outils et son équipement. Il était connu comme un «gadgeteer invétéré» parmi ses pairs. Bien qu'il ait amélioré plusieurs des outils médicaux qu'il a utilisés pendant sa carrière de 30 ans et sa carrière en tant que chef de cardiologie à la Veteran's Administration à West Roxbury, MA, son véritable titre de gloire est son invention du stéthoscope Littmann. Travaillant dans un atelier métal qu’il a lui-même monté dans son propre sous-sol, Littmann a créé de nouveaux designs de cet outil de base. Son but ultime était de produire un stéthoscope qui reproduirait plus clairement que jamais les sons du cœur et les souffles cardiaques. Il voulait aussi rendre son stéthoscope plus léger et plus durable que les stéthoscopes existants, afin qu'il soit plus portatif.
En 1963, le Dr Littmann a breveté son nouveau design amélioré, ce qui représentait une amélioration considérable par rapport aux stéthoscopes plus anciens et plus traditionnels. Le nouveau stéthoscope avait un seul tube bifurqué, de longueur parfaite, qui conduit à deux embouts auriculaires. Les médecins peuvent enfin écouter avec les deux oreilles d’une parfaite clarté et transporter l'outil partout où ils en ont besoin. Le stéthoscope moderne est enfin né. Le design de Littmann offrait de bien meilleures performances acoustiques, est suffisamment léger pour être porté dans une poche, tient facilement dans une main et reproduit parfaitement les sons du cœur et des poumons que tout autre outil auparavant. Le nouveau dispositif passe ainsi d’un appareil d’écoute à un puissant outil de diagnostic.

Utilisation contemporaine du stéthoscope

Aujourd’hui, les stéthoscopes 3M Littmann® sont des instruments de diagnostic indispensables utilisés mondialement par des millions de professionnels de santé. Les médecins qui accordent de l’importance à se former à l’auscultation et à sa pratique acquièrent une compétence essentielle qui leur permet d’ausculter et de surveiller leurs patients et d’établir un diagnostic rapidement. Les stéthoscopes sont également une manière importante pour les médecins d’établir un premier contact avec leurs patients. L’utilisation d’un stéthoscope donne à un docteur ou une infirmière l’autorisation de « toucher » un patient sans vraiment le toucher. Elle permet de briser la glace, de soulager l’appréhension et d’établir un contact. Commencer par l’auscultation au stéthoscope donne le sentiment au patient d’être traité de manière appropriée.
Les nouvelles innovations technologiques, telles que les membranes double fréquence, la réduction du bruit ambiant ou encore la connectivité bluetooth des stéthoscopes ont permis d’étendre les capacités des stéthoscopes Littmann® bien au-delà de ce qu’ont pu imaginer Laennec et le Dr Littmann. Les stéthoscopes Littmann® sont la référence absolue en matière de stéthoscopes. Cette marque assure une acoustique supérieure, une conception innovante et de performances exceptionnelles.
Le stéthoscope double pavillon Littmann Cardiology IV fait partie de ces stéthoscopes innovants. Doté d’une membrane double fréquence en une seule pièce offrant de meilleures performances acoustiques et d’écoute des hautes et basses fréquences, le stéthoscope 3M Littmann Cardiology IV permet de capter les sons les plus subtils. Sa double tubulure combine deux voies sonores en un seul tube, ce qui élimine le bruit de frottements des doubles tubes traditionnels.
Tout au long du 20ème siècle, de nombreuses améliorations mineures ont été apportées à ces dispositifs emblématiques pour réduire le poids, améliorer la qualité acoustique et filtrer le bruit externe pour faciliter le processus d'auscultation. Des versions électroniques du stéthoscope ont été introduites pour amplifier davantage le son. Stéthoscopes sont maintenant disponibles dans un large éventail de styles, avec des conceptions disponibles pour pratiquement toutes les branches de la médecine.
Malgré toutes les améliorations et les changements, le principe de base du stéthoscope reste le même; fournir aux médecins les moyens d'effectuer l'auscultation et d'identifier des sons spécifiques dans le corps.